de Black Lions Film | association de création et diffusion cinématographique – Montpellier – Toulouse – Paris https://www.blacklionsfilm.com Black Lions Film : association cinéma et vidéo (Black Lions Cineart - Black lions school), ateliers audiovisuels, éducation à l'image, discrimétrages, documentaires, court-métrages, projets long-métrages Mon, 04 Feb 2019 15:52:12 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.3.2 MALABARISTA https://www.blacklionsfilm.com/malabarista-2/ Sat, 02 Feb 2019 12:33:07 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=2060

“Malabarista, les saltimbanques de l’asphalte“, est une série documentaire qui sera diffusée sur le web.

malabarista.fr

Ce projet explore l’univers des jongleurs de feux rouges. Six épisodes d’environ six minutes développent les principaux enjeux de cet art de rue en plein cœur du réseau routier.

Trois axes de réflexion que sont l’artiste, le public et la scène, portent l’essentiel d’un discours sur la fonction de l’art, profitant d’un bref arrêt du système pour s’immiscer dans une routine urbaine.

Actuellement en cours de fabrication, nous espérons pouvoir lancer ce documentaire courant 2018. D’ici là pour ceux et celles qui souhaitent satisfaire leurs curiosités, nous vous invitons à lire le dossier complet du projet et à découvrir ses protagonistes sur la page FB dédiée webseriemalabarista

 

]]>
RESURGENCE https://www.blacklionsfilm.com/resurgence/ Fri, 25 Jan 2019 13:19:24 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=2062  “Résurgence“ est une fiction co-réalisée par Jason Girard et Youssef Gebran. Son tournage s’est terminé en septembre 2018 et il en ce moment en cours de post-production.

 

SYNOPSIS

KHALIL est un homme d‘affaire du monde arabe. Il arrive en France pour déplacer une partie des ses capitaux dans une nouvelle société française. Mais à peine est il arrivé qu’il est enlevé. Il se réveille dans une forêt morte et se rend compte qu’une lourde chaine lui retient la cheville et plonge dans les profondeurs d’un rocher. Le sort de Khalil est-il d’être enchainé à cette chaine sans fin ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La page de la campagne de financement participative est toujours active sur ulule.com/resurgence.

bandeauFB copie

]]>
OPEN SPACE https://www.blacklionsfilm.com/open-space/ Tue, 05 Jun 2018 14:34:11 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=2095 Bandeau site sélection Openspace
– Prix du meilleur film Web du Festival International du Film de Calcutta.
– Sélection officielle du Hollywood Hills Award – Finaliste.
– Sélection officielle du Los Angeles CINEFEST – Demi finaliste.
– Sélection officielle du Woodengate Film Festival.
Julie Bascou et moi même, Romain Escuriola, sommes heureux de vous présenter notre projet de fiction interactive Openspace !! 
Voici plus de deux ans que nous accomplissons un travail de fourmi sur cet ambitieux projet et grâce au précieux concours de Paco Delmote au développement et Paul Fontaine à la création sonore, Openspace peut désormais voir le jour. En effet d’ici quelques jours vous pourrez apprécier sur une plateforme dédiée, une fiction de 17 minutes ainsi que divers contenus.
 imageOS

 

SYNOPSIS
Dans le monde réel Carl travaille depuis son ordinateur et gère l’intégralité de sa vie via son ordinateur. Il possède différentes identités numériques, plusieurs emplois, divers profils et entretient une relation sentimentale virtuelle avec Amélie, rencontrée sur internet. Du jour au lendemain, Amélie apparaît dans son vrai monde. Carl ne sait comment réagir, les émotions qui l’envahissent lui sont inconnues. Une phobie: rencontrer Amélie. Dans le monde numérique l’avatar de Carl est écrivain public. Il vit dans un monde où un subtil mélange de simplicité et de discipline régissent une certaine harmonie. Carl aime Amélie. Amélie aime Carl. Ce monde voguant paisiblement sur l’indolent flot de l’ignorance vole en éclat le jour où Amélie disparaît brutalement. Carl ne sait comment réagir, les émotions qui l’envahissent lui sont inconnues. Une obsession: retrouver Amélie. Laquelle(s) de ses deux vies est la réalité de Carl? Peut-être est-ce à vous d’en décider…

imageOS2

 

LA FICTION INTÉRACTIVE
La fiction intéractive est un genre nouveau, à ce jour peu d’exemples existent. Nous avions l’envie d’expérimenter une nouvelle forme de narration et de langage cinématographique.
Ce projet se veut une expérience interactive c’est à dire que le rôle du spectateur n’est plus aussi « passif » que dans une fiction dite linéaire. Dans Openspace l’internaute peut naviguer dans la narration en choisissant ce qu’il veut regarder, au moment où il le désire. La fiction est découpée entre des passages imposés, incluant des noeuds dramatiques indispensables à la compréhension de l’histoire, et des passages interactifs où l’utilisateur peut intervenir en faisant ses propres choix narratifs.

L’intrigue de cette fiction se situe dans deux univers distincts.
Le personnage principal, Carl, évolue dans le monde réel, un monde où les nouvelles technologies sont omniprésentes, et dans un monde numérique dans lequel une représentation d’une de ses identités numériques est personnifiée. Ainsi chaque action de Carl dans un monde a une conséquence immédiate dans l’autre. Le dispositif que nous avons créé permet de basculer d’un univers à l’autre en cliquant n’importe où sur l’image et ainsi de constater instantanément les répercutions de ses actions.

Ce dispositif est simple, intuitif. Il est une mise en abime de nos propres comportements face à l’outil numérique. Si l’utilisateur clique frénétiquement il passera à coté de multiples informations. Son parcours narratif a une incidence directe sur sa compréhension. Le temps passé dans chacun des mondes aura également des conséquences sur la fin du film. Si l’utilisateur passe davantage de temps de visionnage sur le monde réel il aura une fin correspondant à ce monde là, il en est de même pour le monde numérique.

Deux fins sont donc possibles.

THÈMES
Le monde numérique est incontournable. Quotidiennement nous y sommes plongés en un simple «clic». Nous nous forgeons de nouvelles habitudes, un nouveau mode de vie, nous sommes connectés à un monde qui semble sans limite, une source de savoir infini où la diversité foisonne. Cependant son utilisation peut s’avérer délicate et quelquefois fort peu judicieuse. Les choix que nous faisons sur ce que nous montrons ou pas, ce que nous disons ou pas, façonnent notre identité et peuvent modifier nos rapports sociaux. La manière dont on se met en scène via cette vitrine conditionne inévitablement l’image que les autres ont de nous. L’outil numérique bouleverse la communication, nous ajustons notre image au regard des autres et certains ne vivent plus qu’au travers de ce prisme. Ouverture sur le monde ? Repli identitaire ? Vitrine fidèle du moi ou simple version idéalisée ?… Le sentiment amoureux n’est évidemment pas épargné par ces bouleversements technologiques et sociologiques. Peut-on aimer une image ? Un profil ? A-t-on vraiment besoin de contacts physiques ? De rencontres réelles ?

Nous avons décidé, à travers Openspace, de traiter ces thèmes de façon ludique et moderne.

PRODUCTION
Chef de projet : Julie Bascou
Production : Noé Daudin Clavaud
Auteur : Colin Cressent / Romain Escuriola
Direction Artistique : Romain Escuriola

EQUIPE TOURNAGE
Réalisation : Romain Escuriola
Assistant réalisation : Colin Cressent / Manon Mavor
Chef opérateur : Romain Escuriola / Colin Cressent
Cadreurs : Léo Guyard / Noé Daudin Clavaud
Preneur son : Théo Rol / Mehdi Ziani
Chef electro-machino : Aliocha Bauerschmitt
Scripte : Julie Bascou

DEVELOPPEMENT WEB
Developpeurs : Paco Delmote
Graphistes : Aliocha Bauerschmitt

ACTEURS
Carl : David Vigroux
Amélie : Sandra Jaton SPAM : Flavien Beal

POST-PRODUCTION
Montage linéaire : Léo Guyard / Noé Daudin Clavaud
Montage intéractif : Julie Bascou / Romain Escuriola
Montage son : Julie Bascou
Mixage son / Sound Design : Théo Rol / Paul Fontaine
Musique : Théo Rol / Robin Sebe / Paul Fontaine
Etalonnage : Romain Escuriola / Julie Bascou
Effets visuels : Mehdi Ziani / Noé Daudin Clavaud

PARTENAIRES
Studio Fish
Black Lions film
Autrement Dit Production

]]>
MASSACAN https://www.blacklionsfilm.com/massacan/ Mon, 19 Feb 2018 15:00:48 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=7 Synopsis
Un mas provençal est plongé dans la nuit. Mais tout n’est pas si paisible, l’amour vient d’être frappé par le mal en personne et à l’aurore, le feu aura tout ravagé.

Fiction  noire – 5,42 – Numérique HD Couleur – 16/9 – Stéréo
Réalisation : Jason Girard et Romain Escuriola

 

– Prix du jury au MIKROFILM Festival 2014 de Plentzia

– Sélection compétition nationale du 36è Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand 2014
Retour sur cette sélection 

– Sélection officielle du VOFF #3.

 

Bande Annonce

 

Note des auteurs

Ce court-métrage a été réalisé dans la région de Béziers (Hérault). Il y avait déjà un moment que nous voulions travailler autour de la noirceur humaine et de la violence qu’elle peut engendrer. Au départ, nous souhaitions en faire un très court et ne pas dépasser la minute mais le personnage a pris de plus en plus de profondeur.

Certains choix grammaticaux et esthétiques ont aussi joués dans la durée du film. Nous avons choisi d’assumer deux esthétiques bien différentes entre les intérieurs et les extérieurs. Pour les premiers, utiliser le plan séquence et une lumière chaleureuse. Pour les seconds, trancher par un montage en jump cut sous une lumière froide de pleine lune. Ainsi nous cherchions à mettre en conflit le souvenir mélancolique des années de bonheur du Massacan et le présent âpre et sauvage de son acte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tournage s’est déroulé sur quatre nuits complètes. Ce qui aida toute l’équipe à se plonger dans l’ambiance macabre du film. Seuls nos repas conviviaux faisaient redescendre la tension que nous voulions générer.

A suivi un bon travail de Sound Design avec l’américain Benjamin Mahoney avec qui nous avons ajouté une nouvelle trame sonore de narration par des aboiements de chiens, des sirènes de pompiers et un son electro anxiogène pour le final.

Lire l’analyse filmique de Brigitte Barreteau

 

Photos du tournage

 

La fiche technique

Fiction  noire – 5,42 – Numérique HD Couleur – 16/9 – Stéréo

Réalisation : Jason Girard et Romain Escuriola

Acteur : Marc Daurargi

Mise en scène : Jason Girard

Cadre : Romain Escuriola

Lumières : Felipe Vargas et Julian Baubil

Assistant Caméra : Octavio Rodriguez

Prise Son : Dune Dupuy

Maquillage : Patsy Fluo

Régie : Philippe Dominique Girard

Un grand merci à Ginette et Pierre Kwiatkoski et à Mélanie Cherron.

 

]]>
Education à l’image 2017 https://www.blacklionsfilm.com/education-a-limage-2017/ Thu, 26 Oct 2017 16:52:51 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=2196 C’est l’heure du bilan 2017 à la Black Lions concernant l’éducation à l’image. Cette année notre route aura à nouveau croisée celle d’une jeunesse ayant plus que jamais des choses à exprimer. Fait notable également cette année, nous aurons tracé de nouveaux horizons dans notre pratique.

educ

DISCRIMETRAGES 2017
D’abord commençons par nos interventions dans le cadre des Discrimétrages, projet régional piloté par la Ligue de l’Enseignement. Nous avons encadré trois classes de lycée autour d’ateliers d’écriture scénaristique et de tournage cinéma. Cela a abouti à trois films bien distincts dans leurs formats et leurs discours.

Fenêtre sur bloc du lycée agricole Honoré de Balzac à Castelnau le Lez.
Une dizaine d’élèves ont développé une histoire inspirée du film d’A. Hitchcock “Fenêtre sur cour“. Leurs regards portés sur le traitement parfois xénophobe des medias et leurs rôles dans la stigmatisation des origines. Cette satire met en scène un individu influencé par le discours de reportages sensationnaliste au cœur de la police et des interventions dans les quartiers populaires. Seule occupation dans sa solitude, il en vient à espionner les allers et venues d’un individu suspect.
“Fenêtre sur bloc“ a reçu le prix Gaumont au 39e Festival CINEMED et est également dans la sélection Lycée du festival Séquence Court-métrage de Toulouse !

Voir le film sur notre chaine Youtube

 

HOPE du CFA AFTRAL de Perpignan.
C’est une dizaine d’apprentis qui ont travaillé en commun pour réaliser un film singulier où le langage utilisé est plus proche du vidéo-clip que du cinéma classique. Dans leur film la narration laisse la place aux émotions et à la poésie des images pour comprendre différemment le harcèlement subi par un garçon en fauteuil roulant.

 

OMEGA du Lycée Frédéric Mistral de Nîmes.
Dispositif un peu particulier ici puisque ce sont des filles et des garçons de différentes classes qui se sont regroupés au CDI du lycée sur un temps dédié à ce projet. Rencontres bouillonnantes autour du sexisme ordinaire où les filles présentes avaient à cœur de parler pour révéler les mots et les gestes que les garçons et les hommes leur adressent jour après jour. Plus que jamais d’actualité, on peut dire qu’elles ont jugé que le moment était venu de rompre le silence avec un peu d’avance sur l’effervescence qui secoue la sphère médiatique aujourd’hui.
C’est un film documentaire où plusieurs filles témoignent face caméras. Elles racontent sans artifice des épisodes marquants où elles ont été la cible de propos et/ou de comportements sexistes. Leur discours ne s’arrête pas à dénoncer, elles amènent une critique sur tout un système où hommes et femmes consentent à accepter ces actes, devenus banals, ancrés dans un quotidien consenti. Il y avait aussi des garçons qui ont soutenu leurs camarades en partageant leurs expériences et leurs visions critiques de ces habitudes à éradiquer.
Ce film a était une vraie prise de risque pour ces jeunes qui se confrontent chaque jour à la peur et à l’omerta. Un grand bravo pour leur courage et leur énergie ! Malheureusement ce film a connu une certaine censure dès le lendemain de sa diffusion. Un témoignage a dû être retiré du montage “par peur de représailles“. La peur est donc plus que jamais très mauvaise conseillère.

 

COURSoN au collège Les Mailheuls de Coursan.
C’est un tout autre projet auquel nous nous sommes affairés avec des collégiens audois. L’idée ambitieuse de réunir trois enseignants d’une même classe autour d’une création transversale à leurs disciplines a été le moteur de COURSoN : une map interactive à explorer sur le Web. Oui mais pour y trouver quoi ? Et bien, faites y un tour et cherchez !
http://www.blacklionsfilm.com/courson/
Vous y trouverez six créations mêlant compositions sonores et photographies. Ces petits objets multimédias (POM) sont répartis dans des points précis de la ville et tissent ensemble une expérience contemplative et poétique. Les six groupes d’élèves se sont très bien saisis des différentes phases de création pour proposer de manière originale une illustration visuelle et sonore de différents lieux de leur ville. Grâce au soutien de la DRAC, cette première tentative d’ateliers multimédias où l’objectif est de faire des créations à destination du web a été un franc succès et nous espérons la réitérer.

 

G.E.M. Rabelais de Montpellier
Le Groupe d’Entraide Mutuelle est une association dont les membres sont des adultes faisant face à des troubles psychiques, souffrant quelquefois de la solitude mais motivés par l’envie de partager des projets communs, d’éducation populaire, d’entraide et de créativité. Il existe plusieurs lieux dans l’Hérault et sur Montpellier, c’est dans celui du quartier Rabelais que nous sommes intervenus. L’objectif étant de faire un film anniversaire du lieu, nous avons accompagnés les membres dans la captation des moments clés de leur vie associative : réunions, organisation de sorties, ateliers d’écriture, cuisine, distribution de panier bio, fête des voisins… Mais au delà de cet objectif, nous nous sommes concentrés à rencontrer, discuter et partager des liens avec certains des membres qui ont, pour chacun et chacune, un monde à raconter. Le film est en cours de montage et sera diffusé à Sortie Ouest début décembre pour les dix ans du GEM.

GEM

 

A.S.E.I. de Saint-Pons-de-Thomières
Dans le cadre d’une résidence Culture Santé Handicap de l’A.R.S. et de la DRAC, nous avons commencé un travail au long terme avec des résidents permanents du foyer Frescatis de St Pons de Thomières. Depuis le printemps, nous proposons sur plusieurs week-ends différents modules de création autour du trucage cinéma. Lors de nos premières rencontres avec les résidents, les échanges ont tourné autour de cinéma fantastique populaire comme “Chérie j’ai rétréci les gosses“. C’est ainsi que nous allons tenter de “suédé“ quelques classique du genre en faisant de chaque résident un personnage unique et magique. Fabrice, Thierry, Valérie, Antonio, Peter et Dimitry participent ainsi devant et derrière la caméra pour réaliser ce film qui sera projeté au cinéma de Saint-Pons-de-Thomières.

 

Les ateliers courts autour des métiers du cinéma.
A côté de ces principaux projets nous sommes également intervenus dans le dispositif “Collège en Cinéma“ et auprès des médiathèques de l’agglomération de Montpellier pour sensibiliser aux métiers du cinéma. Ces ateliers courts mêlant théorie et pratique s’inspire d’une scène d’un classique du cinéma pour se rendre compte rapidement des enjeux d’un tournage et du travail d’équipe. Cette année c’était “Les 400 coups“ de F. Truffaut et “La vie est belle“ de R. Begnini qui ont servi de modèle aux participants.

]]>
ORACI https://www.blacklionsfilm.com/oraci/ Sat, 18 Feb 2017 13:00:26 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=74 Synopsis
Au coeur d’un atelier perché sur un immeuble de Buenos aires, un homme retrouve la volonté de construire des ailes pour s’enfuir du béton.

Fiction poétique – 9,50min – HD – 16/9 – Couleur – Stéréo
Réalisateur : Jason Girard

 

– 5e Rencontres du court de Montpellier, le 28 septembre 2013.

– Invité au festival CineLatino de Cahors en 2012

– Sélection officielle de la coupe Icare 2014.

 

Bande annonce

 

Note de l’auteur

J’ai produit et réalisé ce court métrage durant mes études au centre SICA de Buenos Aires. L’idée a germé au gré de mes découvertes dans la ville. C’est d’abord les lieux de la réserve naturelle, de la promenade des anciens quais et les terrasses sur les toits des immeubles qui m’ont inspiré les différentes scènes. Une statue d’Icare était aussi le principal liant qui pouvait venir justifier ses décors et j’ai donc travailler dans le sens du mythe d’Icare. Ce mythe qui a traversé les époques et les arts pour nous interroger sur notre soif de liberté. L’île de Crète est ici transfigurée par la mégalopole de l’argentine où le héros représentant Icare retrouve peu à peu la mémoire. Avec lui le spectateur se remémore donc la légende et découvre ma manière de l’interpréter à notre monde contemporain.

Le tournage

Le tournage s’est intégralement déroulé à Buenos aires. Grâce à une équipe d’une quinzaine d’étudiants en cinéma. Plusieurs épreuves d’auto-production ont pu être surmontées malgré une météo hivernale difficile et un budget très serré. Heureusement la mentalité d’Amérique du sud est de prendre les problèmes qu’avec des solutions, ainsi les choses avancent, pas forcément dans le sens initial mais elles avancent. Les conséquences sur le scénario original ont été telles que le montage a été, de retour en France, le moment d’une nouvelle écriture. Un puzzle d’image qui a trouvé sa combinaison adéquate à l’essence du film.

La musique

Le quatuor, uniquement composé de cordes, sous-tend le fil des images par la répétition de motifs aérés, aux limites du lancinant, apportant des notes mélancoliques, poétiques et teintées d’espoir. Une voix off chuchotée, finie de nous plonger dans l’esprit du héros qui n’a et n’aura qu’une seule idée en tête, s’évader du chaos.

Lire l’analyse filmique de Brigitte Barreteau

 

La fiche technique

Fiction poétique – 9,50min – HD – 16/9 – Couleur – Stéréo

Réalisateur : Jason Girard

Premier rôle : Anuar Sesin

Assistant réalisateur : Juan Mendoza

Gaffer: Diego Guesualdi

Chef déco: Claudia Currea

Preneur de son : John Guarenas

Sound designer : Claude Lusseau

Musiciens : Morgan Chauvel (guitare), Laurent Besson (Violoncelle), Heykel (violon) , Jöel Mellet (basse)

]]>
Education à l’image 2016 https://www.blacklionsfilm.com/educ-image-2016/ Thu, 23 Jun 2016 03:56:19 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=1935 En 2015-2016 nous sommes intervenus dans trois lycées de la Région LR pour soutenir la réalisation des Discrimétrages 2016.
Mais nous sommes également intervenants pour le dispositif Collèges en cinéma dans les collèges du département de l’Hérault. Deux médiathèques de l’agglomération de Montpellier ont réitéré leur confiance pour mener des ateliers rapides de sensibilisation aux métiers du cinéma avec comme référence un extrait du film « Les 400 coups » de François Truffaut. Le collège Louise Michel de Ganges a fait appel à nous pour soutenir la réalisation de deux courts-métrages autour du harcèlement homophobe.
Nous sommes intervenus au sein de l’option Cinéma et Audiovisuel niveau 2nde du Lycée Einstein de Bagnols-sur-Cèze pour soutenir, l’écriture, le tournage et le montage d’un court-métrage intitulé Joyce.

La 9eme édition du concours Discrimétrages s’est clôturée ce mercredi 8 juin 2016 à Montpellier avec la traditionnelle remise des prix à l’hôtel de Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées. Les élèves des quatre classes qui ont durant toute l’année écris et réalisé leur court-métrage sur les discriminations se sont retrouvés pour visionner leur travaux. Les membres de la Black Lions Film qui ont entouré la réalisation de trois de ces quatre films étaient évidemment présents à ce concours organisé par la Ligue de l’Enseignement. L’occasion de faire un bilan de cette édition qui aura était très variée.

Discri2016

LODEVE

D’abord le Lycée Joseph Vallot de Lodève avec une classe de 2nd Gestion et Administration. Des élèves trop nombreux (30) qui ont été difficiles à canaliser autour d’un projet commun. Trois micros-films traitant de discrimination à l’handicape, de racisme et de sexisme viennent composer un court-métrage délié et désincarné. L’encadrement pédagogique n’ayant pas trouvé la manière de fédérer ses élèves. Petite déception pour l’équipe Black Lions sur ce lycée. Mais quand ça ne marche pas bien faut le dire aussi. Dans ce contexte, faire un projet de réalisation cinéma avec tant d’élèves n’est pas réaliste. Même si sur le papier plus d’élèves participent, au final dans les faits, la majorité d’entre eux passent à coté de l’intérêt artistique et citoyen du projet. Les premiers touchés sont biensur les élèves. C’est donc sans grand enthousiasme que nous nous souvenons de Lodève. A charge de revanche… Les deux autres classes que nous avons entouré avaient un tout autre profil.

Lodève 4

PERPIGNAN

A Perpignan au CFA AFTRAL où nous avons rencontré une dizaine d’élèves spécialisés en logistique des transports. Un contexte assez âpre : Une zone artisanale décentrée où hangars et poids lourds forment un décor particulier pour étudier. Un milieu profondément acculturé qui donne peu de perspectives autre que la gestion des marchandises. Des individus peu valorisés socialement qui ne croient pas une seconde qu’elles être en capacité de faire un film ensemble. Il a donc fallu se relever les manches et attaquer le bitume avec les dents, tout ce que l’on aime en somme ne faites pas ça chez vous. Un synopsis est ressorti d’entre plusieurs propositions moins bien défendues. Un sujet traitant de l’homophobie au sein d’un environnement très masculin et viril qui est le leur est venu créer le débat. Le problème n ‘a pas été celui du scénario mais celui de l’interprétation. En effet aucun des élèves ne souhaitait apparaître dans un film traitant de l’homosexualité. Leur avenir dépendait d’une réputation hétérosexuelle « normale ».

Under preasure

C’est ici que les discussions ont été les plus vives. Leur hostilité reflétait la pression du tabou sexuel qui pèse sur leur adolescence. Une intolérance verbale pré-mâchée qui représente la seule bouée à laquelle ils peuvent s’arrimer quand le sujet vient sur la table. Allez savoir pourquoi le rejet se partage plus facilement que la tolérance ? Personne donc n’allait jouer alors même que le scénario se finissait. Sans acteur difficile de faire un film. Il a donc été émis de porter des masques pour se cacher. L’idée à première vue semblait être une énième tentative d’éviter de grandir. Mais elle s’est révélée un compromis pragmatique évident. La contrainte avait créé un dispositif artistique à travailler. Des personnages masqués sur un sujet tabou, l’intention était cohérente et la symbolique collait assez bien au sujet. C’est ainsi que le tournage a pu avoir lieu. Chaque élève personnalisant au marqueur son masque blanc en fonction de son personnage alors que nous options pour une esthétique en noir et blanc pour les mettre en valeur.

Under preasure

Le tournage de trois jours dans la zone artisanale a été une belle expérience, dès les premières images nous savions qu’un film très singulier prenait forme. Les élèves ont véritablement pris les rênes de leur film grâce à l’investissement de l’enseignant et de l’équipe du centre de formation. Contre toute attente l’acteur principal qui endossait masqué le rôle de l’homosexuel s’est investi crescendo au point d’accepter notre proposition d’enlever son masque pour un seul plan. Ce plan encore non écrit était primordial à inclure au déroulement du projet. Il a de fait contribuait à l’impact narratif de fin de film. Nous sommes donc très contents que « Under Pressure », un film entre western moderne et conte social ait remporté le premier prix de cette édition des Discrimétrages. D’une part parce que les élèves le méritent et d’autre part parce que ça fait plaisir de voir des jeunes dans leur situation être valorisés et applaudis à l’hôtel de Région. Nous sommes certains que faire ce film a bougé quelque chose en eux, peut être rien de radical et peut être pas pour tout de suite, mais ils en sont sortis imperceptiblement changés. Ils ont un film dans leur poche et une bulle dans leur tête.

Selma&Axel

NÎMES

A Nîmes nous avons rencontré les élèves de première année sérigraphie du Lycée Frédéric Mistral. D’entrée motivés, ils nous ont proposé un premier jet de scénario tournant autour de la thématique des croyances religieuses et notamment sur la dualité entre juifs et musulmans. Nous les avons donc accompagné dans la réécriture du film avec le souci d’écrire quelque chose de réaliste sur un sujet actuel délicat. Clichés et discours de victimisation étaient donc à éviter pour proposer un film qui construise un espace de réflexion et de respect. Le film s’est écrit avec deux groupes, l’un écrivant l’histoire d’Axel, juif, l’autre celle de Selma, musulmane. Les scènes se sont ancrées dans un même espace, celui de leur atelier de sérigraphie afin de traduire chaque étape de fabrication. Un endroit particulier avec son langage et ses outils qui a été rendu accessible par les enseignants techniques pour la durée du tournage.

Selma&Axel

Cinq élèves se sont bien impliqués dans l’interprétation des personnages principaux alors que leurs camarades tournaient sur les différents postes techniques de l’image, du son, du script, du clap et de la régie. Toute l’équipe du lycée menée par l’enseignante a très bien accueilli le projet en créant une synergie entre enseignants et entre personnels de l’établissement. Ce type de projet nécessite une certaine flexibilité du temps et des règles habituelles de la scolarité afin que le tournage soit le plus fluide et donc le plus qualitatif possible. Le rendu du film « Selma&Axel » est donc logiquement de très bonne facture, le scénario, l’interprétation et le découpage visuel reflète la motivation des élèves et la philosophie du lycée. On peut donc se réjouir que les objectifs du projet aient été amplement atteints. Merci à la Mistral Touch !

Voilà pour ce petit bilan des Discrimétrages 2016, le dernier d’une Région Languedoc-Roussillon. Maintenant nous ne savons pas de quoi l’édition 2017 sera faite. De nouveaux territoires en Midi-Pyrénées vont s’ouvrir peu à peu à ce dispositif pour de nouveaux films et de nouvelles réflexions sur les discriminations.

 

PALMARES

Prix du meilleur film « Clap d’Or » : CFA AFTRAL de Perpignan pour « Under Pressure ».

Prix du Jury : Frédéric Mistral de Nîmes pour « Selma et Axel »

Meilleur scénario : CFAI Henry Giral de Mende pour « Répercussions ».

Meilleure interprétation : Frédéric Mistral de Nîmes pour « Selma et Axel ».

Prix Ligue de l’enseignement : Joseph Vallot de Lodève pour 3 petits films en 1 : « Un salaire injuste » « Le nouveau de la classe » « Mal dans sa peau »

 

LES FILMS

 

]]>
Les coulisses des Discrimétrages https://www.blacklionsfilm.com/le-black-doc-school-arrive/ Thu, 10 Sep 2015 14:45:38 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=1770

34

A force de travailler en milieu scolaire ou culturel, l’envie de filmer les contours de nos ateliers cinéma est devenue évident. D’année en année, nous finissions chaque projet en milieu scolaire en regrettant de ne pas avoir pu mettre en valeur ce qui se joue derrière la caméra

Avec chacune des classes que nous accompagnons nous abordons le cinéma comme un moment privilégié de création collective et de travail en commun.

Cette notion pourtant essentielle n’apparaît pas si évidente dès les premiers ateliers. Car si chacun des participants a un degré d’investissement différent, il doit en plus savoir coopérer dans chacune des étapes de la réalisation du film. Les ateliers de cinéma sont en cela un moyen ludique et créatif pour développer le travail d’équipe tout en s’épanouissant personnellement. La chose est simple à dire mais le terrain est plus complexe. Nous avions besoin donc de quelqu’un qui puisse nous suivre sur chacun des établissements où nous intervenions. Une personne qui ait une vision neutre sur nos méthodes et un regard de réalisateur.

Nous avons donc proposé à Youssef Gebran, jeune réalisateur libanais, de prendre sa caméra et son micro pour suivre ces heures d’ateliers.

En tout c’est plus d’une centaine d’heures d’ateliers qui ont été couvertes par Youssef. Voici donc un court-métrage d’une vingtaine de minute résumant ces ateliers.

Le reste de Black Lions School

]]>
Stage cinéma en médiathèque https://www.blacklionsfilm.com/stage-cinema-en-mediatheque/ Sat, 11 Jul 2015 15:21:32 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=1797 groupeCarnon

C’est la première année que nous intervenons dans l’univers des médiathèques.

Après un court atelier à la médiathèque Jean-Jacques Rousseau de Montpellier l’hiver dernier, c’est la médiathèque de l’ancre de Carnon qui nous a fait confiance pour mener un stage cinéma à destination des adultes.

Photo_tournageCarnon

Ce n’est pas souvent que nous avons la possibilité de travailler avec des adultes et nous espérons pouvoir réitérer ce genre d’ateliers dans le futur. C’est donc un groupe d’une dizaine de personnes qui s’est prêté au jeu de l’équipe de tournage. La contrainte de réalisation était de rester dans l’enceinte de la médiathèque en imaginant des histoires autour du Livre. Après quatre heures d’écriture à plusieurs mains, le tournage a donné place aux découvertes techniques et artistiques des outils du cinéma. Puis deux séances de montage ont permis à certains de mieux appréhender le logiciel dédié et la grammaire de l’image.

Voici donc le résultat de ce travail collectif…

Le reste de Black Lions School

]]>
Discrimétrages 2015 https://www.blacklionsfilm.com/discrimetrages-2015/ Sat, 11 Jul 2015 14:35:38 +0000 http://www.blacklionsfilm.com/?p=1749 _05A7116

Et oui le temps passe très vite, trop vite peut être… Nous voilà déjà au 13e Discrimétrage réalisé avec des élèves de la région.

Quatre années consécutives où nous avons accompagné l’écriture du scénario et le tournage de ces films fabriqués en milieu solaire. Une démarche toujours aussi volontaire de partager notre passion du cinéma et de la création. Cette année, ce sont les classes des lycées de Ceret, de Saint-Clément de Rivière et de Nîmes qui nous ont accueillis pour vivre cette aventure cinématographique et humaine.

Le black-DOC-school arrive…

Mais cette année nous avons aussi pris l’initiative de filmer les coulisses des Discrimétrages. Youssef Gebran qui, caméra au poing n’a pas cesser de filmer tout les hors-champs de ces trois films lycéens. + d’infos ici.

LYCÉE JEAN JAURES DE SAINT DE CLÉMENT-DE-RIVIÈRE

Cette classe à l’effectif réduit on imaginé une fiction mettant en scène le personnel d’un hôtel ayant chacun de prêt ou de loin un rapport avec une discrimination.

Ils ont reçu le Clap d’or (Premier Prix du concours)

 

LYCÉE ALBERT CAMUS de NÎMES

La trentaine d’élèves de la section Bachibac et hispaniste ont relevé le défi de faire une création visuelle mêlant arts plastiques et théâtre. Partagés en quatre groupes de travail ils ont écrit et expérimenté des séquences originales traitant chacun d’une thématique proche des discriminations.

Ils ont reçu le Prix du scénario et le Prix Ligue de l’Enseignement.

 

LYCÉE DÉODAT DE SEVERAC DE CERET

Cette classe a écrit une fiction traitant de l’utilisation de la drogue GHB comme acte discriminant envers une jeune fille sourde.

Ils ont reçu le Prix d’interprétation

Le reste de Black Lions School

]]>