La selection de Clermont

4 Avr

 affiche-clermont-2014

Voila bientot 2 mois que nous sommes revenus de la 36e édition du festival du court-métrage de Clermont Ferrand.

Nous avons enchainé  sur les activités de la Black Lions School sans prendre le temps de débriefer cette expérience. Pour toi cher lecteur nous allons faire un point sur cette semaine Clermontoise.

Tout d’abord, non MASSACAN ne fait malheureusement pas parti du palmarès. Quelque part c’était prévisible, cette sélection était en elle même une belle récompense. Nous avons passé une petite semaine à Clermont aux frais de la princesse ce qui était évidemment de plus appréciable. Attention ne te méprends pas, se n’était pas la suite royale du Carlton mais plutôt la chambre de bonne de l’hôtel de la gare de Bellac. Cinq nuits dans le même canapé-lit, grinçant de tous ses ressorts au moindre mouvement. Situation cocasse.

Cependant Massacan a eu de bons retours, quelques contacts intéressants que nous relancerons en espérant qu’ils débouchent sur du concret pour les projets à venir  comme un Un phare en foret. Nous sommes également passés sur le grill, interviewer par 2 journalistes nous avons répondu à une série de questions pertinantes. Les mecs avaient une fine analyse du film.

photo clermont1

Nous deux au milieu des deux mecs

photo clermont2

Dans l’ensemble c’était une expérience intéressante, un moment de découvertes permanentes plus ou moins stimulantes…

Les COUPS DE COEUR de la Black Lions:

–  Inupiluk de Sébastien Betbeder. (Compétition nationale – Prix du public)

– La fugue de Jean-Bernard Marlin (Compétition nationale – Prix Adami d’interprétation pour Adel Benchérif)

– D’ou que vienne la douleur de Khalil Cherti (Compétition nationale – Mention Spéciale du Jury à Martine Schaambacher pour son  interprétation)

–  Enfin la fin de Benoit Delépine (Compétition nationale)

– Ce qui me fait prendre le train de Pierre Mazingarde (Compétition nationale)

–  Le jour a vaincu la nuit de Jean Gabriel Périot (Compétition Labo)

–  Box de Tarik Abdel-gawad (Compétition labo)

Evidemment nous n’avons pas tout vu. Nous pourrions également faire une liste des coups de gueules, des nanars subventionnés qui ont égratigné notre rétine ou atrophié notre cerveau mais restons courtois… motus et bouche cousue…

 

Le reste de Black Lions Cineart

Comments are closed.